Menu

Actualités

Mutami c’est aussi à travers l’Union de Gestion des Réalisations Mutualistes l'accès pour nos adhérents à l'ensemble de ces Services de Soins et d'Accompagnement Mutualiste. Nos centres d'optiques et d'audio-prothèses sont conventionnés KALIVIA.

Un  nouveau magasin "Les Opticiens Mutualistes" vient d'ouvrir à Blagnac. Situé, 1 rue Lavigne en centre ville,  ce magasin  vient compléter l'offre de l'Union de Gestion des Réalisations Mutualistes (UGRM) à laquelle notre mutuelle contribue. Il s'agit en effet du second magasin de l'UGRM  en Haute Garonne. Cette nouvelle implantation dans l'agglomération toulousaine  conforte l'offre mutualiste.

A Toulouse,  la clinique Ambroise Paré du groupe Médi-Partenaire facture un forfait administratif de 9 euros à tous les usagers de l' établissement . Une pratique que dénonce la Mutualité française de Midi-Pyrénées.  Déjà en août dernier,  l' Union Régionale de la FNMF s' était élévée contre ce même forfait réclamé dans les  trois établissements du Groupe VITALIA située dans le Tarn  et le Gers*. Elle avait interpellé la CNAMTS qui avait qualifié ce forfait d'illicite dans un rappel à la Loi adressé au groupe Vitalia.

Dans un  communiqué de presse les Mutuelles de France du Sud Ouest (dont Mutami) appellent à participer à la manifestation de 9 avril prochain  contre  le projet de Loi sur la "sécurisation de l'emploi" actuellement en débat au Parlement. Ce projet  prévoit dans un article 1 la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés des entreprises privées d’ici 2016.

Alors que le Parlement a entamé la discusion sur le projet de loi relatif à la transcription de l'Accord National Interprofessionnel (ANI) portant sur la "sécurisation de l'emploi",  la Mutualité Française Aquitaine (URMA) revient dans un communiqué à la presse sur les conséquences de l' Article 1 du texte qui prévoît la généralisation des contrat groupe obbligatoire d'ici 2016.

Bruno Pascal Chevalier est décédé récemment. Militant d' Act-Up, il s'opposa avec fermeté à la mise en place des franchises médicales, allant jusqu'à engager une grève de son traitement. Le Collectif "Notre Santé En danger" lui rendra hommage le 13 Mars prochain à 11h30 lors d'un rassemblement devant la Préfecture à Bordeaux. Cet hommage sera l'occasion de poursuivre le combat de ce militant en demandant la fin des franchises, forfaits et dépassements d' honoraires médicaux. NSED entend ainsi rappeler à au gouvernement  ses engagements de campagne en la matière.

A l'appel de 4 organisations syndicales de salariés, des manifestations se dérouleront partout en France pour dénoncer  l'accord national interprofessionnel "pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et pour la sécurisation de l' emploi". Cet accord retranscrit dans un avant projet de Loi sera présenté au gouvernement le mercredi 6 mars.

Le « Mouvement de Sauvegarde des Services publics »,  le Collectif « Notre santé en danger » et la « Cgt du Centre Hospitalier Sud-Gironde » organisent une  soirée film-débat sur l'avenir des hôpitaux et des maternités de proximité.
 La projection du film et le débat auront  lieu au cinéma de Langon (allées Jean Jaurés) le jeudi 07 février à 20h30.

La Mutualité Française Midi-Pyrénées dénonce le forfait administratif, réclamé à tous les usagers des établissements du Groupe VITALIA. Elle invite les patients à ne pas le payer.

Deux nouvelles agences Mutami viennent d'ouvrir à Castres dans le Tarn et Oloron-Sainte-Marie dans les Pyrénées-Atlantiques. Ces nouveaux bureaux ouverts au public vont permettre de renforcer la présence de notre mutuelle dans ces deux départements. Ils doivent également améliorer la proximité avec nos adhérents qui pourront trouver auprès de nos conseillers mutualistes l'ensemble de nos offres et services en matière de  santé et de prévoyance.

 L'accord signé par les syndicats de médecins, la Cnam et l'Unocam est un accord insuffisant qui ne va certainement pas régler le problème des dépassements d'honoraires médicaux.  Pour la FMF, "il s’agit d’un avenant à minima qui ne résout pas le problème des dépassements d’honoraires dans la mesure où il ne prévoit pas de contrainte réelle pour les médecins. Il pèsera donc de manière très limitée sur les dépassements d’honoraires.

Pages