Menu

Consommer écolo : de plus en plus facile

Les alternatives pour acheter local, durable, responsable se multiplient. Quand, par ailleurs, les Français plébiscitent ces modes de consommation écolo. Petit tour d’horizon non exhaustif des pratiques vertueuses et inspirantes. 

Consommer moins mais mieux. C’est ainsi que l’on peut résumer la tendance en matière de consommation des Français. Depuis quelques années, l’appétence grandit pour les produits et services responsables d’un point de vue écologique et social. Exit le prêt-à-manger ou la fast fashion. Bienvenue au local, au made in France, à la seconde main, au bio, au réparable… Le phénomène n’est pas nouveau, mais la pandémie de Covid-19 lui a donné un coup d'accélérateur. C’est ainsi que de nouvelles initiatives ont vu le jour depuis le printemps 2020, un peu partout en France, notamment en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie.

 

 

Alimentation : des cartes interactives locales

Avec la crise sanitaire, de nombreuses initiatives ont été lancées pour encourager la consommation de produits locaux, soutenant l’économie locale. Parmi elles, le marché vert propose une carte collaborative, très riche, répertoriant les ventes directes à la ferme, les boutiques de produits en vrac, les points de collecte d’Amap (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne)… Le centre d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural (CIVAM) du Gard a également lancé sa carte interactive répertoriant les initiatives d’achats en circuits courts dans toute la France. Plus de 3 400 lieux de vente sont aujourd’hui listés.

A l’échelle locale, plusieurs projets ont également émergé. La région Occitanie a créé au printemps 2020 la plateforme régionale baptisée Tous Occitariens. Celle-ci référence les producteurs, commerces alimentaires et restaurateurs-traiteurs de la région, estampillés « Sud de France ». Cette marque rassemble sous la même bannière 10 000 produits issus des productions agricoles, viticoles, agroalimentaires et de la pêche des territoires d’Occitanie. Dans le même esprit, la plateforme solidaire des produits locaux de Nouvelle-Aquitaine a vu le jour en mars 2020 pour mettre en relation les consommateurs avec les producteurs et les artisans régionaux. En plus de géolocaliser les produits laitiers, les fruits et légumes, les viandes, les vins ou encore les poissons produits localement, la carte propose depuis novembre 2020 le référencement des restaurateurs de Nouvelle-Aquitaine qui proposent leurs plats préparés à partir de produits régionaux ou leurs spécialités régionales à la livraison, à emporter ou en click & collect, en attendant leur réouverture.

D’ailleurs, en matière de livraison de produits, des initiatives plus responsables commencent à émerger. C’est le cas des Coursiers bordelais créés en 2018. Cette société coopérative propose un service de livraison à vélo dans la capitale girondine. Un service pas plus cher que les autres, mais qui allie aussi écologie et éthique. Même son de cloche pour Applicolis, qui se positionne également à contre-courant de l’exploitation des travailleurs et de l’ubérisation du travail en salariant ses coursiers. Le service est présent dans de nombreuses villes en France, comme à Toulouse, Montpellier ou encore Biarritz.

 

 

E-commerce responsable pour les vêtements, le mobilier, la culture…

La consommation ne se limite pas à l’alimentation. Être consom'acteur écolo, c’est aussi être attentif à sa consommation de vêtements, d’électroménager, de meubles… en favorisant la seconde main et le troc, les matériaux responsables, la réparation plutôt que l’achat neuf, etc. La plateforme Près de chez nous, créée par le mouvement Colibri et le marché citoyen en 2007, répertorie les boutiques engagées autour de chez soi : friperies, réparateurs de vélos, boutiques de produits en vrac, jardins partagés, cafés associatifs… 

Pour des achats en ligne, plusieurs alternatives aux mastodontes existent. En 2018, Emmaüs a lancé Label Emmaüs, un site e-commerce généraliste sur lequel on retrouve des meubles, des vêtements, des jouets, des livres, de l’électroménager, tous d’occasion, provenant des boutiques Emmaüs et de ses partenaires de l’économie sociale et solidaire (Ressourceries, Croix-Rouge Insertion, Artisans du Monde...). En plus de faire de bonnes affaires, acheter sur la plateforme contribue à l’emploi de personnes éloignées du monde professionnel. Autre pépite solidaire pour les amoureux des mots : RecycLivre. Le site de vente de livres d’occasion emploie des personnes en insertion, et verse 10% de ses bénéfices à une association de lutte contre l’illettrisme. Mais consommer autrement peut aussi se faire sans... achat ! Et c’est possible grâce à des plateformes de don (Geev), de troc (MyTroc) ou lors de gratiferias locales, des sortes de brocantes où vous pouvez donner ce dont vous n’avez plus l’utilité et prendre gratuitement ce dont vous avez besoin.